Déclaration du 28.09.2014

Imprimer
Catégorie : infos et news
Date de publication Écrit par Super Utilisateur

Le foncier de l’éducation détourné de sa vocation


     La wilaya de Béjaïa enregistre un déficit considérable en infrastructures scolaires. Les projets ne manquent pas, mais les assiettes de terrain pour accueillir de nouvelles dotations sont, apparemment, très rares. Ce problème, qui dure depuis des années, n’est pas pris sérieusement en considération par l’administration de tutelle et les pouvoirs publics qui privilégient le bricolage et les opérations de facilité en reconvertissant les écoles primaires en collèges et/ou en lycées. De même, des internats sont transformés en salles de cours et d’autres salles de cours, notamment celles du primaire, en cantines scolaires…

 

Appliquant la politique « du provisoire qui dure », des établissements scolaires construits en amiante, alors que leur durée de vie était de dix ans, sont toujours fonctionnels depuis 1983 (cas des établissements construits par l’entreprise DANTIN). Pour d’autres infrastructures de l’éducation, héritage de l’époque coloniale, malgré leur état de délabrement et le danger qu’elles présentent pour la santé des enfants et du personnel, elles ne sont pas encore fermées. Dans ce domaine, notre wilaya est délaissée. Pour preuve, la Direction de l’éducation n’a pas encore de siège digne de ce nom (les anciens dortoirs du CEM Nacéria de Béjaïa ont été transformés en bureaux).

 

Ironie de l’histoire, les excédents de terrain sont bradés. Des hectares de surface vierge ont été cédés pour la construction de logements promotionnels, alors que le secteur de l’éducation n’en profite nullement. Le Lycée Mixte d’Amizour en est l’exemple le plus frappant. Une bibliothèque communale a été bâtie à la place d’un bloc pédagogique et d’une demi-pension au CEM AZZOUT et Fils de Sidi Aïch et cela malgré un mouvement de protestation (pétitions/déclarations) et des écrits adressés au Ministère de l’Education Nationale, mais certains lobbys arrivent toujours à leur fin.

 

La wilaya de Béjaïa doit rattraper son retard en inscrivant le maximum de projets (logements d’accompagnement et d’astreinte, extension d’établissements, groupes scolaires, demi-pensions, cantines scolaires, salles de sport, laboratoires informatiques…).

 

Le SETE WB dénonce le détournement du foncier de l’éducation et appelle tous les travailleurs à réagir à ce hold-up caractérisé avec la complicité avérée de certains relais au niveau de l’administration. Les autorités concernées sont interpelées à sauvegarder les biens de l’éducation. Une action de protestation est envisagée dans un avenir proche, dans le cas de non-prise en charge de cette revendication.

 

Dors et déjà, le personnel du Technicum de Sidi Aïch, du CEM 800/300 d’Amizour et d’autres établissements scolaires tirent la sonnette d’alarme.

 

Le SETE WB avertit qu’aucun bradage ou détournement de parcelles de terrain appartenant au secteur de l’éducation ne seront tolérés. L’intérêt des travailleurs de l’éducation et celui des enfants scolarisés prime sur toute autre considération.

 

Béjaïa, le dimanche 28 septembre 2014

Le secrétaire général : Kaci BELALOUI  

 

pas d'info
pas d'info
Aujourd'hui est :27, 5, 2018. Copyright SETE- Mise en ouvere K.SOUADIH - Design basé sur freshjoomlatemplates
Copyright - SETE -

©

Joomla template poker